Education : les étrangers ne peuvent plus passer les concours de l'enseignement privé

Enquete · 27 sep. 2013 à 08:58 · Commentaires 0

Concours de l'enseignement privé

Si la décision avait été prise par le trio de choc Sarkozy-Hortefeux-Guéant, il y aurait eu de longs articles d'indignation. Là, chut, pas un mot, ou presque. Officiellement, c'est simplement un "décret" qualifié d'ajustement "technique" par le ministère. Dans les faits, c'est un peu plus que ça : selon Mediapart, les étrangers n'ont plus accès aux concours du privé pour devenir enseignant. Explications.

Nom de code : 2013-767

Le décret 2013-767, publié pendant le mois d'août, fixe les nouvelles règles des concours de l'enseignement privé. Objectif ? Aligner les conditions de recrutement des concours du privé avec ceux du public. Or, les concours de la fonction publique sont fermés aux étrangers, ce qui n'était pas le cas pour les concours privés. L'article 3 du décret vient de mettre un terme à cette dérogation : "Il enlève la possibilité pour les étudiants étrangers non communautaires de passer les concours", révèle Mediapart. Jusqu'à présent, s'ils avaient les diplômes requis, ils pouvaient passer le Cafep pour les concours externes, le Caer pour les concours internes. Avec cette circulaire, c'est terminé.

L'argument technique vs les lobbies des écoles catholiques

Cette décision apparaît totalement incompréhensible venant d'une gauche qui a protesté pendant des années face à la politique de Sarkozy vis-à-vis des étrangers. Comment expliquer une telle décision ? "Après deux jours de flottement, le ministère fait savoir qu'il s'agit en réalité d'une simple adaptation technique. Le décret mettrait juste en conformité les règles de recrutement de l'enseignement privé avec celles du public, écrit Mediapart. Jusque-là les dérogations réglementaires étaient ainsi des anomalies et « pour que le décret ne soit pas entaché d'illégalité, et retoqué par le Conseil d'État, il a donc fallu se mettre en conformité avec la loi qui applique cette règle à tous les concours de la fonction publique », explique-t-on au cabinet de Vincent Peillon, où l'on semblait découvrir la mesure".

En réalité, des membres du Conseil supérieur de l'éducation (CSE), interrogés par Mediapart, pensent qu'il s'agit plutôt du résultat d'un lobbying de l'enseignement privé : "Les responsables de l'enseignement catholique disent qu'ils ne veulent pas de problèmes avec ces histoires de papiers – alors qu'il n'y a eu à ma connaissance qu'un cas l'an dernier où une enseignante a tardé à recevoir ses papiers et n'était pas en règle le jour de la rentrée", explique l'un d'entre eux.

Le ministère minimise le nombre d'étudiants concernés

Pour tenter de couper court au début de polémique, le ministère assure que les étrangers non communautaires passant les concours du privé ne concernerait qu'entre "zéro et un étudiant" par an. Pas de chance, Mediapart en a déjà trouvé six, rien qu'en mathématiques à l'université Paris VII Diderot. Des Tunisiens, Marocains, Algériens, Malgaches ou Vietnamiens "inscrits depuis des mois en master 1 MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation)" dans une discipline qui manque de candidats. Alors pourquoi leur interdire de présenter le concours ? C'est d'autant plus incompréhensible que certains ont déjà commencer à les préparer. "Les inscriptions au concours se terminent le 22 octobre à midi. À midi et une minute on ne pourra pas s'inscrire, on aura beau pleurer toutes les larmes de notre corps, ce sera terminé", déplore une étudiante concernée. Comme le rappelle Mediapart, il rest une solution pour ces étudiants non communautaires : "être recrutés pour des vacations, des postes précaires et mal rémunérés". Voilà qui correspond mieux à un emploi pour étranger, non ?


*** Sources
- L. Delaporte, "Enseignement privé : les étudiants étrangers écartés", Mediapart, 23.09.2013
- J. Chapalain et L. Kihl, "Enseignement privé : interdits de concours, «certains ont failli craquer»", Mediapart, 26.09.2013

Concours du privé

_____________________________________________________

Réforme des rythmesscolaires

>> Qu'est-ce que la réforme des rythmes scolaires ?

Commentaires