Revue de presse du 21 mars 2007

Enquete · 21 mar. 2007 à 14:57

12 candidats

A la Une de la presse nationale : la liste officielle des candidats, le vote des habitants de banlieue et la détermination de Bayrou.
A la Une de la presse régionale : Ségolène Royal rappelle que l'élection doit permettre "le choix entre la gauche et la droite" en référence au positionnement au centre de Bayrou (Midi Libre). Ouest France revient sur la manifestation des profs avec comme titre de Une : "Les profs défilent, les candidats promettent". Et Sud-Ouest d'expliquer que les enseignants ne votent plus systématiquement à gauche : "Vote des profs, c'est l'inconnue". Enfin, la Voix du Nord se fait l'écho du mécontentement de Nicolas Hulot, ce dernier considérant que l'écologie n'a pas la place qu'elle mérite dans la campagne, en lui consacrant sa Une sous le titre : "Nicolas Hulot s'échauffe".

12 candidats et un temps de parole égal

Ils seront donc douze, c'est-à-dire quatre de moins par rapport à 2002. Malgré cette baisse, le nombre de candidats est tel qu'il n'est plus possible d'organiser des émissions de débat à la télévision ou à la radio en raison de l'obligation de la stricte égalité du temps de parole. Or, il est impossible d'organiser un débat à douze. A l'occasion de la publication de la liste officielle des candidats, Le Monde publie le temps d'antenne de ces derniers depuis décembre. Pas de surprise : c'est Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal qui multiplie le temps de parole. Puis vient Bayrou, Le Pen. Schivardi et Nihous ferment la marche. En d'autres termes, la présence médiatique est liée à la popularité d'un candidat établie selon les sondages.

Le vote des banlieues

Y'a-t-il un vote des banlieues ? Libération consacre sa Une au choix politique des habitants de banlieue. Après ses déclarations sur la racaille et le karcher, Nicolas Sarkozy ne peut presque plus mettre les pieds en banlieue comme le souligne Libération dans son article intitulé : "Pas de quartier pour le candidat Sarkozy".
De son côté, François Bayrou n'a pas ce problème. Il "cultive son jardin banlieusard" ironise Libération. Ainsi, il multiplie les déplacements en banlieue pour mieux montrer le rejet que suscite Nicolas Sarkozy dans ses quartiers.
Quant à la candidate socialiste, elle veut montrer sa différence avec le candidat de l'UMP et "affirme son droit de cité". Elle cultive sa popularité et entend être à l'écoute à contrario de Nicolas Sarkozy qui garde l'image de ministre de l'Intérieur.

Bayrou est convaincu de gagner

C'est la méthode Coué à la Une du Parisien : "Pourquoi j'y crois". François Bayrou est convaincu qu'il va gagner et se compare à Jacques Chirac avait réussi à inverser la tendance de sondages qui le donnaient perdant en 1995. Au cours de l'interview, il multiplie les appels du pied à la gauche en se présentant notamment comme le défenseur des services publics, ou encore comme celui qui serait le seul à pouvoir battre Sarkozy. Le candidat de l'UDF tient un meeting au zénith de Paris, ce soir.

Commentaires